Tout l'Immobilier

Les infrasons (sous 20 Hz) et les ultrasons (plus de 20 000 Hz) ne peuvent pas être entendus par l’être humain. L’intervalle de ces deux valeurs définit son champ auditif.

Menée au mois de septembre 2014, une enquête d’Ifop met en lumière le fait que 86 % des Français se disent gênés par le bruit chez eux.

Etablie de 0 à 140 dB, l’échelle de bruits explicite clairement leur dangerosité sur notre santé

Le bruit se définit par un niveau sonore (dB), une fréquence (Hz) et une durée. (stable ou impulsionnel, intermittent ou continu).

L’échelle de bruits débute à 0 dB, le seuil d’audibilité. Jusqu’à 20 dB, le son peut se comparer à une légère brise.

Ensuite, la classification se poursuit en établissant des correspondances entre le niveau sonore et une situation donnée.

Concrètement, le nombre de dB est estimé à 30 dans une chambre à coucher ; pour une salle de séjour, le niveau de son est de 40 dB. Pour une salle de classe, on estime que le niveau est de 70 dB. A 80 dB, il s’apparente à une voiture.

Le niveau dangereux est à 85 dB : des dommages auditifs peuvent survenir au-delà de ce niveau. Le seuil de la douleur est fixé à 120 dB : un niveau qui reste en dessous d’un décollage d’avion (140 dB).

On remarque donc que la nocivité débute bien avant la douleur – le risque pour la santé est d’autant plus fort entre ces deux marqueurs.

Les effets objectifs du dépassement de ce seuil critique peuvent générer des bourdonnements, des sifflements aigus, une fatigue et une somnolence plus prononcées…

Les effets subjectifs liés à un environnement bruyant peuvent conduire un individu à être moins respectueux d’autrui, plus agressif, observer une diminution de ses performances intellectuelles…

Installer le rideau anti bruit, un rempart contre les bruits aériens

Classés par catégorie, on distingue deux types de bruits : les aériens, émanant aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, et les solidiens, faisant référence aux bruits de choc et d’équipement.

En intervenant sur les murs, les plafonds et les sols, ces travaux offrent une protection contre les bruits de chocs et d’équipements ainsi que les bruits aériens de l’intérieur.

Avec des travaux sur le vitrage et la menuiserie des fenêtres, on atténue les bruits aériens de l’extérieur. Cependant, il est possible de sublimer cette performance avec des rideaux phoniques

Rien qu’avec 3 couches, la baisse peut aller jusqu’à 11dB ! Avec un modèle 5 couches, la baisse est de 16 dB ; avec 7 couches, de 18 dB.

Vous êtes certainement arrivé(e) à cette conclusion, plus les rideaux anti bruit contiennent de couches isolants, meilleure est la protection acoustique.

A noter que plus il y a de couches, plus le rideau anti bruit est lourd : il convient de trouver le système d’accroche qui peut supporter ce poids !

En termes de coûts, inutile de comparer un tissu ordinaire avec un tissu anti bruit.

Heureusement, les fournisseurs déclinent leur modèle en plusieurs couleurs pour s’adapter à tous les intérieurs.

Pour découvrir d’autres informations sur les rideaux phoniques, cliquez tout simplement ici :
objectifsilence.com/rideau-anti-bruit